L’homosexualité n’est pas une maladie

0
374

La discrimination est ce qui nous rend malades disent les LGBT

  • L’injonction autorise les psychologues à proposer une thérapie d'”inversion sexuelle”
  • Vinícius Sobreira
  • Dans plusieurs villes brésiliennes, les LGBT ont organisé des manifestations publiques contre la proposition de « Gay Cure »
  • Dans plusieurs villes brésiliennes, des LGBT ont organisé des manifestations publiques contre la proposition de „Gay Cure” – Vinícius Sobreira

Le 18 septembre, le juge fédéral Waldemar Cláudio de Carvalho, du District fédéral, a accordé une injonction autorisant les psychologues à proposer une thérapie « d’inversion sexuelle », un processus devenu populairement connu sous le nom de « cure gay ».

Depuis 1999, les traitements sont interdits par le Conseil fédéral de psychologie (CFP), car celui-ci ne considère pas que les « conduites et pratiques homoérotiques » peuvent être qualifiées de pathologie (maladie, anomalie), de déviation ou de trouble.

Depuis 1990, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne considère pas non plus l’homosexualité comme une maladie.

L’infirmier Mário Carneiro, un habitant de Recife, se dit offensé par la décision du juge fédéral. « Je suis gay, je m’intéresse émotionnellement et sexuellement aux personnes du même sexe que moi. Et je ne suis pas malade.”

  • Pour lui, c’est une nouvelle qu’il ne s’attendait pas à voir dans son pays au XXIe siècle : « C’est un revers.
  • Je recommande que personne ne recherche ce type de traitement, car cela ne fonctionnera pas et peut être très nocif pour la personne », prévient-il.
  • L’étudiante Maiara Nogueira, une lesbienne, estime que l’injonction a un fondement politique, pour renforcer les députés du banc chrétien-intégriste.
  • „C’est une autre mesure pour que le 'banc évangélique’ puisse dire qu’il gouverne la nation 'selon la volonté de Dieu’ et ainsi obtenir plus de voix”, dit-il.

Pour Mário, l’injonction est aussi le fruit d’une petite réflexion sur le sujet

Carneiro analyse que notre société impose une norme standard de comportement hétérosexuel, la soi-disant hétéronormativité, dans laquelle les couples sont composés de personnes de genres et de sexes opposés.

Pour Mário, l'injonction est aussi le fruit d'une petite réflexion sur le sujetEt tout comportement de genre ou de sexualité qui diffère de cette norme est considéré comme « anormal ». Et c’est pourquoi les traitements « d’inversion sexuelle » ne visent jamais les hétéros qui changent d’orientation, car ils sont déjà considérés comme « normaux ».

« Quelqu’un a-t-il déjà pensé qu’un hétérosexuel consulte un psychologue parce qu’il « se sentait hétéro », demandant l’aide d’un professionnel pour changer son orientation sexuelle ? Pas. Parce que c’est une hypothèse absurde.

  • Dans notre société, être hétéro est la seule option 'normale’, qui n’aurait pas besoin de changer », se plaint l’infirmière.
  • Il souligne en outre que l’hétérosexualité, ainsi que la bisexualité, l’homosexualité ou la transsexualité, sont toutes normales et naturelles.

Par conséquent, conclut Carneiro, l’injonction accordée par le juge fédéral est une décision qui vise exclusivement la population des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT), puisque ce sont eux qui seront soumis aux prétendues thérapies. L’infirmière considère que la décision de justice est une tentative de qualifier les expressions de genre et la diversité sexuelle de „maladie”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici