Convention médicale : un très bel engagement

mt0311
La signature de la convention médicale entre l’Assurance maladie et les médecins libéraux, notamment les généralistes, est une belle nouvelle, et chacun peut s’en réjouir. Elle traduit un engagement majeur en faveur de la médecine libérale et constitue le prolongement financier de la loi de modernisation de notre système de santé que j’ai fait voter en début d’année. Je salue la majorité de médecins qui s’est engagée et le rôle constructif du directeur général de l’assurance maladie, Nicolas Revel.

Cet engagement, il est évidemment financier, un milliard pour l’assurance maladie. On a beaucoup parlé de la revalorisation du tarif de la consultation des généralistes de 23€ à 25€, c’était une revendication forte des médecins. Elle est désormais actée, prise en charge par l’Assurance maladie et les complémentaires (donc cela ne coûtera rien aux patients).

Mais cette convention médicale est beaucoup plus qu’une question d’argent. Elle consacre d’abord la reconnaissance et la gratitude que portent le gouvernement avec  les Français à leurs médecins libéraux, ma reconnaissance personnelle aussi pour leur engagement sans faille au quotidien.

Elle acte ensuite que notre système de santé est entré dans une nouvelle époque, que la transformation engagée pour que le réflexe du tout hôpital s’efface grâce au renforcement de la médecine de ville – le fameux  » virage ambulatoire » autour du médecin traitant – est désormais bien installée. C’est le sens de la loi que j’ai portée, et les financements sont au rendez-vous.

Concrètement, les médecins vont pouvoir adapter la durée de la consultation aux besoins du patient, avec des tarifs différents, car certaines consultations sont plus complexes que d’autres et demandent plus de temps. Les spécialistes qui accepteront de prendre en charge un patient adressé par un généraliste dans un délai de 48 heures seront mieux rémunérés.

Cette convention donne aux médecins les moyens de s’engager davantage encore pour l’accès aux soins. Une aide à l’installation de 50 000€ permettra aux jeunes médecins de faire face aux investissements liés au début d’activité. Un contrat de transition permettra de faciliter la transmission d’un médecin proche de la retraite à un médecin plus jeune. Une aide financière à l’informatisation viendra soutenir les professionnels parallèlement à la mise en place du tiers-payant.

Quand je vois les réactions de la droite, je m’interroge : elle parvient à s’opposer à la Convention médicale, allant jusqu’à la qualifier « d’aumône » ! Une aumône à 1 milliard d’euros, allons donc !

Quand je lis son programme pour le prochain quinquennat, je m’inquiète : de sa légèreté d’abord puisque celui-ci annonce plusieurs mesures présentées comme révolutionnaires alors qu’elles existent déjà, par exemple la mise en place d’un plan autisme, la rémunération des actes de santé publique, la formation des étudiants en cabinet médical ou même l’autonomie des hôpitaux ; de son orientation, surtout : déremboursements à la pelle, affaiblissement de l’hôpital public, rôle accru des assurances privées, c’est la loi du chacun pour soi.

Attention, danger !

Marisol TOURAINE